HENRY KERISIT, L’UN DE NOS MEMBRES PUBLIE CHEZ LOCUS SOLUS

Par , 7 avril 2015 17h49

 

 

Kérisit ou la passion du patrimoine maritime.

 

 le 02.04.2015 à 22 h 49 Réagir :  Partager :        

La nouvelle exposition temporaire au Vieux Phare de Penmarc’h, qui s’ouvre ce samedi 4 avril, fait la part belle au patrimoine maritime. Intitulée Portraits de bateaux, elle accueille les dessins, croquis, peintures-collages, gouaches, maquettes ou encore photographies d’un artiste de renom : Henry Kérisit.

C’est en souriant que l’artiste dit sa fierté et son bonheur d’exposer ici, à Penmarc’h, « dans ce site extraordinaire » où il se sent bien. Il faut dire, ajoute Henry Kérisit, l’oeil malicieux, que « je suis aussi à moitié bigouden. Du côté de mon père qui était de Plozévet. » Ici donc, au Vieux Phare, il expose aujourd’hui ses oeuvres, sous forme de rétrospective puisque les premiers dessins en couleurs que le visiteur pourra découvrir sont ceux réalisés dans son enfance. Puis, en cheminant de salle en salle, suivant l’évolution de l’oeuvre de l’artiste, on parvient aux derniers travaux, terminés il y a trois ans. Le bateau est évidemment le fil rouge de cette exposition : photographié, maquetté, dessiné, peint et collé, il devient un être vivant, dont Henry Kérisit parle avec passion.

Une passion née dans l’enfance, presque « au berceau » comme le raconte Henry Kérisit, alors qu’il vivait au Faou, là où il est né en 1940 et où il a vu ses premiers navires. Un déménagement plus tard, vers la rade de Brest et sur la Penfeld, c’est de l’appartement familial, au quatrième étage, que le jeune Kérisit observe « les bateaux militaires qui bougeaient tout le temps. » C’est là, à l’âge de 10-11 ans qu’il entreprend de les dessiner, puis de réaliser des petites maquettes, dans un esprit purement ludique. A l’adolescence, c’est vers le croquis que le jeune Henry se tourne : « je dessinais alors les petits bateaux, devant chez nous. » Devenu étudiant en arts plastiques à Paris, puis, à l’âge de 21 ans professeur de dessin en banlieue – « là où les immeubles poussaient et donc les écoles aussi » – il se met en chasse de cartes postales représentant les navires et se met lui-même à photographier péniches, remorqueurs et autres bateaux aperçus sur le littoral lors de courtes escapades.

Une décennie plus tard, dans les années 70, le mal du pays se faisant trop sentir, Henry Kérisit quitte, avec sa famille, la capitale et retrouve sa Bretagne. Il devient professeur de dessin au collège de la Tour d’Auvergne à Quimper où il enseignera pendant près de 30 ans. « J’ai enseigné à des milliers et des milliers d’élèves » sourit l’ancien professeur qui ajoute : »J’en ai gardé de très bons souvenirs…eux aussi, je pense. »
A cette époque, le travail artistique d’Henry Kérisit est tourné vers la peinture et le collage. Et l’artiste, devant ses oeuvres, d’expliquer : »Ce n’est pas de l’abstrait. Ce sont les formes essentielles du bateau. Une réalité épurée, géométrique. »

Ce n’est que plus tard, à la faveur de rencontres, dont celle – décisive – avec Bernard Cadoret, fervent militant du patrimoine maritime breton – qu’il se lance dans la réalisation de portraits de bateaux. Il illustrera ainsi les impressionnants livres Ar Vag et Chasse-Marée. Le navire, représenté aussi fidèlement et précisément que possible, avec ses caractéristiques techniques propres, devient ainsi un véritable être vivant…auquel on donne un nom. Il en est ainsi du bateau Le Corentin, dont toutes les pièces ont été, à l’époque, rappelle Henry Kérisit, travaillés dans les chantiers navals de Saint Guénolé.

L’exposition au Vieux Phare sera justement aussi l’occasion pour Henry Kérisit de présenter son dernier ouvrage, co-écrit avec Denis-Michel Boëll, intitulé Portraits de bateaux qui répertorie quelques 110 portraits de navires bretons (aux éditions Locus-Solus).

Enfin, les visiteurs pourront s’arrêter dans la dernière salle, qui fait la part belle aux couleurs du Portugal, où Henry Kérisit a effectué des séjours réguliers et dont il a ramené les couleurs chatoyantes d’un patrimoine maritime éblouissant.

 

 

Pratique :
Portraits de bateaux
Henry Kérisit
Vieux Phare de Penmarc’h
Du 4 avril au 21 juin 2015
Tous les jours de 14h00 à 18h 00 (fermé le mardi)
Tarifs : 3.00€ ou réduit 1.50€

 

Laisser un commentaire

Panorama Theme by Themocracy